Broussaille a 20 ans…

... et je ne vous dirais pas l'age de son amie Catherine, non pas par galanterie mais parce que ...

97 lecteurs pour cet article.

… vous vous en doutez, elle a aussi 20 ans!

C’est la version actuelle qui a 20 ans (septembre 1999), en effet, la première version de la fresque date de juillet 1991, mais après seulement quelques années, elle a montré de sérieux défauts et dégâts et on nous a demandé de la restaurer.

C’est suite à cette « restauration« (1), et surtout suite à un malentendu, Catherine ayant été prise pour « un ami » de Broussaille, Frank Pé nous a demandé de faire quelques petites modifications au projet original, pour féminiser un peu Catherine.

Donc cette  fresque a 20 ans, et comme première fresque du « parcours BD de la Ville de Bruxelles« , elle a aussi 28 ans, l’age vénérable du parcours BD.

 

(1) En fait de restauration, nous sommes reparti à zéro, en remettant le support à neuf.

 

La fresque « Broussaille » de Frank Pé

L’affiche réalisée à partir du projet original et à partir de laquelle on a réalisé la fresque actuelle, ici sur le site de Frank Pé ( https://frankpe.com ).

L’image n’est pas en très grande résolution, mais la première chose visible entre le projet et le mural, c’est la boucle d’oreille de Catherine, qui est une des nombreuses petites modifications au projet original.

Si vous ne l’avez pas encore vue, notez la mise en abîme de la fresque dans la fresque, de la fresque dans la fresque, etc …..

 

La fresque « Broussaille » de Frank Pé est la 19ème de nos réalisations du parcours BD de Bruxelles et a été réalisée par Jean-Yves Mangnay, Georges Oreopoulos, Renaud Pieterhons et David Vandegeerde.

Le mur a une superficie : ± 45 m²

Position du mur au centre de la carte

Adresse exacte: 41 rue du Marché au Charbon (Plattesteen) – 1000 Bruxelles – Belgique

 

 

Inauguration de ce nouveau blog, suite à obsolescence d’un langage de programmation pour site et blog (PHP), l’ancien blog n’étant plus mis à jour depuis quelques années, il est devenu obsolète lui aussi.

Donc voici la nouvelle mouture du blog Art Mural et  si vous trouvez quelques erreurs, merci de me le faire savoir.

 


97 lecteurs pour cet article.

Cubitus aussi a 20 ans !

Ça fait un moment que Cubitus a pris la place de Manneken-Pis sur son piédestal ...

197 lecteurs pour cet article.

… plus exactement 20 ans 1 mois  et 12 jours aujourd’hui, … et il ne compte pas le lui rendre de sitôt! Il est encore là pour quelques années.

Anniversaire un tout petit peu tardif, mais « il n’est jamais trop tard » pour s’en souvenir, moi c’est la semaine dernière en passant devant en voiture.

C’était notre 3ème et seule fresque réalisée et inaugurée en 1994 pour le « Parcours BD » de la Ville de Bruxelles et elle a eu 20 ans le 7 décembre 2014. Hasard du calendrier, c’est aussi la date anniversaire des 10 ans de la fresque Martine et des 10 ans du parcours BD de Laeken.

Le mural 'Cubitus' de Dupa du « Parcours BD » de la Ville de Bruxelles

Si vous ne connaissez pas Cubitus et vous faites une recherche sur google, vous pourriez tomber sur cette définition très sérieuse sur wikipedia, « cubitus : Plus long des deux os de l’avant-bras, au côté du petit doigt, dont l’extrémité supérieure forme le coude« . Même si c’est vrai en partie, il n’en est rien, « notre » Cubitus, à nous est un chien blanc avec un sérieux embonpoint, une truffe noire et une queue jaune. Son nom est donc aussi celui d’un os, mais quoi de plus normal pour un chien, d’ailleurs il en fait collection et en possède des milliers et il en grignote un de temps en temps. Il a aussi comme voisin et pire ennemi (qui peut parfois être son meilleur ami), Sénéchal, un chat noir et blanc, quoi de plus normal pour un chien. Cubitus est donc un chien ordinaire (normal), qui marche sur deux pattes, qui parle et qui a conscience d’être un héros de bande dessinée, mais quoi de plus normal pour un chien … de bande dessinée.

Le 16 avril 1968, Cubitus apparaissait pour la première fois dans le Journal Tintin. C’est Greg qui demanda à Dupa de créer un personnage pour boucler un numéro (N° 16 du 16 Avril 1968 édition belge) du magazine pour lequel une page restait vide. Et Dupa créa … Cubitus. Par la suite, il sera en couverture du journal à maintes reprises jusqu’en 1988 pour l’anniversaire des 20 ans de sa création.

Dupa créera 39 albums des aventures de Cubitus, jusqu’à son décès le 8 novembre 2000.

Petite anecdote, un jour pendant que nous étions en train de terminer ce mural, deux jeunes garçons – du quartier -, tout heureux d’avoir reconnu Cubitus sur le mur, nous apostrophent. Celui qui paraît être le plus jeune des deux nous demande alors bruyamment : « Lequel de vous deux est Dupa? ». Nous, interloqués devant la demande, le compère du demandeur tout autant que nous, de répondre à son ami avec un ton narquois mais plus bas : « T’es c…, tu crois quand même pas que Dupa vas venir dans notre quartier! ».

Et pourtant, s’ils étaient passé le jour d’avant, presque à la même heure, ils auraient rencontré Dupa en personne devant le mur à discuter jovialement avec nous de la réalisation du mural et quelques minutes plus tard de nous proposer d’aller boire un café en face pour avoir une vision un peu plus lointaine du mur. Sur ces explications, nos deux amis incrédules s’en allèrent d’un pas lent, en marmonnant entre eux qu’on n’allait quand même pas les prendre pour des c… de croire une chose pareille. Dupa dans leur quartier!  Et pourtant c’est la vérité!

D’ailleurs très vite, enchanté du travail, la discussion avec Dupa est passée aux « vieilles » voitures (de collections) qui comme tout le monde sait – mais à l’époque on ne savait pas -, était une autre de ses passions avec le dessin. Nous, à l’époque on avait aussi une vieille voiture, c’était une « vieille » 4L Renault … en fin de vie, on dirait un « collector » aujourd’hui.

Photo de David et Georges en cours de travail sur le mural

C’est une des rares photos de nous (David en haut et Georges en bas et Manneken-pis à droite) en cours de travail sur le mural « Cubitus ». On peut y voir, sur la même photo, à la droite de Manneken-pis pour une fois de dos, l’esquisse d’un double du ketje de Bruxelles. Non, ce n’est pas une erreur, mais après la pose des poncifs, à la demande des responsables du parcours BD, il a été décidé de décaler Maneken-Pis légèrement vers la gauche et un peu plus haut, pour être toujours visible, même quand l’auvent de l’épicerie jouxtant le mural serait ouvert. Et sitôt dit, c’est ce qui fut sitôt fait. Le plus amusant dans cette anecdote, c’est que le mur sitôt fini et les échafaudages enlevés, l’épicerie ferma définitivement dans les quelques jours qui s’en suivirent et l’auvent fut rentré aussitôt définitivement – sur la photo générale plus haut, l’auvent est toujours présent, la photo ayant été prise le jour de l’enlèvement des échafaudages.

Manneken-pis et l'esquisse de son double

Cubitus se trouve rue de Flandre, au croisement avec la rue Leon Lepage, épingle n°3 sur le plan ici http://www.art-mural.eu/html/bdbruxplan.html.

Le mural a été inauguré le 7 décembre 1994, c’était un mercredi après midi, comme toutes les inaugurations à cette époque là, pour permettre aux écoliers d’y assister. Le dessin retravaillé par Dupa était l’œuvre primée d’un concours (d’idées) organisé dans les écoles de la Ville de Bruxelles.

Le mur a une superficie : ± 35 m²

Carton d’invitation ‘Cubitus’ de Dupa

Carton d'invitation 'Cubitus' de Dupa

Sur le carton d’invitation, on peut lire qu’un jeu-concours sera organisé lors de cette inauguration, sous la forme du jeu des 7 erreurs (différences) qui a été imaginé suite aux quelques modifications mineures du projet, comme la position de Manneken-pis, la signature de Dupa à gauche, pour les plus visibles et permettra aux enfants présent de gagner le dernier album paru cette année là, « Cubitus et les cumulus de Romulus ». C’était très amusant, les enfants nous demandaient les réponses, pour remporter le prix convoité, mais finalement tout les enfants présent sont reparti avec un album sous le bras et un grand sourire.

Position du mur au centre de la carte

Adresse exacte: Rue de Flandre 109 – Bruxelles 1000 – Belgique


197 lecteurs pour cet article.

Martine à Laeken

Mais quel âge a donc Martine? Elle a 8 ans, 10 ans ou 60 ans ?

652 lecteurs pour cet article.

Tout le monde connaît Martine(1) ou Zana, Martina, Steffi, Debbie, Emma, Marie,Touline, Tiny, Mariona, Martina, Mireia, Maja, Carolina, Martita, Μαρίλη, Siani, Miriam, Márti, Tini, Máirín, Margrét, Cristina, Martita, Elenyté, Marica, Martini, Tiny, Martynka,  Anita,  Andreea, МАРТИНА, Maja, Martinka, Marinka, Mimmi, Küçük Ayşegül, … ou quel que soit le nom que vous lui donnez, le 7 décembre 2014, elle aura 10 ans.

Martine dans sa version actuelle, après le percement des fenêtres en 2007

Le mural Martine dans sa version actuelle

En tout cas, la fresque « Martine » du parcours BD de Laeken aura bientôt 10 ans, mais depuis le début de l’année 2014, un peu partout, notamment en France et en Belgique, peut-être ailleurs aussi, les hommages à Marcel Marlier, à Gilbert Delahaye et à Martine se sont multipliés, et si vous cherchez un peu, vous pourrez probablement encore trouver une expo fêtant le 60ème anniversaire de sa création.

60 ans d’existence et pourtant, quand elle fête son anniversaire et souffle les bougies sur son gâteau, il n’y en a jamais plus de 8. Martine reste l’éternelle petite fille de 8 ans.

La preuve en image, l’album 19, « Martine fête son anniversaire »

Martine fête son anniversaire

En effet, c’est le 7 décembre 2004, par une journée un peu froide mais de saison, qu’a eu lieu l’inauguration de la fresque réalisée par Art Mural a.s.b.l. à l’occasion du 50ème anniversaire de la création du personnage de Martine en présence de Marcel Marlier.

Si vous étiez passé un peu plus tôt, par l’avenue de la Reine, durant les mois d’octobre et novembre, vous auriez pu voir David  et Georges en train de se battre avec leurs brosses, leurs pinceaux et leurs spalters, aussi avec les couleurs et surtout avec le temps automnal, très froid et très humide cette année là, et qui malgré ces conditions difficiles, ont su mettre un sourire bienveillant sur le visage de Martine et de la gaîté dans le regard de son chien Patapouf, tout heureux de se balader avec elle dans … les rues de Laeken.

Sur le site de Cecil Arnould, et plus particulièrement sur sa page photos, j’ai trouvé une des rares photos – et pour tout dire la seule – de l’inauguration de la fresque Martine avec Marcel Marlier, prise le 7 décembre 2004.

Le 18 janvier 2011, au décès de Marcel Marlier, 14 ans après celle de son autre créateur, Gilbert Delahaye, les aventures de Martine ce sont définitivement arrêtées, suivant ainsi le souhait de Marcel Marlier de ne pas avoir de suite. Soixante albums de Martine auront vu le jour sous ses pinceaux et le dernier en date, «Martine et le prince mystérieux», a été publié en 2010. Depuis le premier album « Martine à la ferme« , publié en 1954, les Editions Casterman ont vendu près de 150 millions d’albums des aventures de Martine que ce soit en langue française ou dans une trentaine de langues étrangères. Et le plus étonnant, c’est qu’il s’en vend encore et toujours environ un millions d’albums chaque année. Depuis la parution du premier album, Martine est devenue un véritable phénomène de l’édition pour la jeunesse.

 « Martine à la ferme » dans la version de 1954

Martine à la ferme

D’autres titres des aventures de Martine.

Pour son 50ème anniversaire, en 2004, Martine recevait un cadeau gigantesque (2) de la part de la Ville de Bruxelles, une fresque de 180 m² à son effigie sur le pignon d’une maison de Laeken. C’était aussi la première fresque réalisée pour ce nouveau parcours, en dehors du mural « Petit Spirou » de Tome et Janry qui existait bien avant, en 1996, à Brupark – boulevard du Centenaire, mais faisait à l’époque partie du parcours BD de Bruxelles.

Le mural Martine dans sa version de 2004

Le mural Martine dans sa version de 2004

Le mural Martine dans sa version actuelle - détail

Comme vous pouvez le remarquer, les fenêtres ont été percées dans les zones du ciel, où elles étaient déjà prévues à la réalisation du projet et du mural en prévision d’une rénovation future et qui a bien eu lieu en 2007.

Pour les curieux seulement, voici à quoi ressemblait le pignon du bâtiment de l’avenue de la Reine, 325, avant octobre 2004 et la réalisation de la fresque Martine. Avouez qu’il y a de quoi avoir le sourire.

Position du mur au centre de la carte

Adresse exacte du mural ‘Martine’:  Avenue de la Reine 325, 1020 Bruxelles – Belgique

Vous pourrez trouver sur ce lien le plan complet du parcours BD de Laeken mais aussi les plans du parcours BD de Bruxelles.

(1) source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Martine

(2) Pour vous donner une idée de la taille de Martine, sa tête, du menton jusqu’au sommet de son crâne, fait exactement 2 mètres de haut, et sa taille en entier fait environ 9 mètres, la moitié de la hauteur totale du mur. Évidement point de vue taille, son petit chien Patapouf n’est pas en reste, il a quand même, du bout de la truffe à la griffe de sa patte avant gauche, près de 3,30 mètres de haut, l’équivalent d’un éléphant de bonne taille.

casterman logo

Martine, un personnage créé par Gilbert Delahaye et Marcel Marlier/Léaucour création © Casterman


652 lecteurs pour cet article.

Making-of du mural de Brecht Evens à Anvers en 2012

En 150 photos sur 5 semaines et demie.

299 lecteurs pour cet article.

Aujourd’hui, c’est le premier anniversaire de l’inauguration (29/09/2012) du mural de Brecht Evens à Anvers en 2012. A cette occasion, voici le making-of à partir de 150 photos prisent tout au long de la réalisation du 9ème mur du projet ‘Muurvast’.

Méthode :

  • 2 semaines pour en récupérer un dessin – 1 personne *
  • 2 et 1/2 semaines pour fabriquer les poncifs – 4 personnes *
  • 1 semaine pour transférer les poncifs sur le mur – 3 personnes *
  • 4 et 1/2 semaines de peinture – 4 personnes *

C’est l’équivalent du travail d’une personne, pendant à peu près un an.

Voilà c’est tout.

Maintenant, pour ceux qui veulent le même, voici la marche à suivre.

Demander à Brecht – gentiment – de vous faire un projet, extraordinaire, mais il faut aussi le dire, fou, et puis suivre la méthode indiquée plus haut. Voir sur la vidéo, la procédure et la méthode pour réaliser (peindre) l’œuvre.

Ou bien trouver d’autres encore plus fous, comme nous, qui ont accepté de relever le défi, car c’en était un, pas de réaliser l’œuvre en elle-même, mais de la réaliser en si peu de temps!

C’est la méthode qu’ont utilisé Linda et Johan.

Vous pouvez toujours trouver sur notre blog d’autres vidéos concernant ce travail ici http://www.art-mural.eu/BlogAM2/?p=44 ainsi que quelques photos du travail fini.

* les personnes en question plus haut sont: Alejandro Ardila AguirreRoland KuleczkoGeorges OreopoulosDavid Vandegeerde.

 

La vidéo fait 54 Mb, attention à votre abonnement internet s’il est limité!!!!

La vidéo dure 9:28 min.

Voir ici la vidéo en meilleure résolution.

La vidéo fait 130 Mb, attention à votre abonnement internet s’il est limité!!!!


Cliquez sur le mode plein écran tout à droite du lecteur vidéo pour mieux voir les détails.


299 lecteurs pour cet article.